Pendant mes recherches pour chercher un travail, je me suis renseignée sur le small talk. J’ai trouvé le sujet hyper intéressant, alors j’ai directement essayé de le tester lors d’une soirée avec des amis et des personnes que je ne connaissais pas. Ce n’est pas exactement la même chose de parler avec des personnes de mon âge que de parler avec son patron, mais j’ai quand même trouvé l’expérience enrichissante et c’est pour ça que j’écris cet article.

Qu’est-ce que le small talk ? « C’est une conversation informelle que l’on entame dans toutes sortes de circonstances et qui permet d’entrer en relation avec des personnes inconnues ou peu connues ». En gros, cette conversation légère permet de parler plus facilement avec des personnes que je ne connais pas. Je suis plutôt du genre à me taire et écouter les autres plutôt que de parler en soirée. Alors grâce au small talk, j’espère pouvoir trouver comment changer ça, et j’ai l’impression que ça a un peu marché. Le small talk va vraiment m’aider à agrandir mon réseau et créer une relation solide avec mes interlocuteurs.

Un de mes problèmes, c’est l’estime de moi, j’ai facilement peur de parler en public, car je ne sais pas comment les autres vont réagir. Il faut absolument que je fasse un travail sur moi pour changer ça. On est tous intéressant et dans une conversation, je peux moi aussi apporter quelque chose que d’autres n’ont pas. Si je suis sûre de moi, mais sans être arrogante bien sûr, les gens auront de la sympathie et sentiront que c’est agréable de parler avec moi. En plus, la première impression est très importante, donc si je peux inspirer de la confiance et donner de bonnes ondes, c’est tout ça de pris.

J’attends souvent que la personne en face de moi commence la conversation. Mais ce n’est clairement pas la bonne méthode, si mon interlocuteur est comme moi, le dialogue ne commencera jamais et on ne fera que se regarder dans les yeux, ce qui va devenir pesant. Donc pour éviter cela, il faut trouver un sujet anodin afin de commencer la conversation ; par exemple, parler du temps. Attention, en parlant du temps, la conversation n’est absolument pas personnelle, alors pour la rendre intéressante, je dois aussi parler de moi. Je peux, par exemple, dire que j’adore faire du vélo, mais qu’avec le vent qu’il y a dehors, ça souffle trop sur mon visage, ce qui est désagréable.

Une question qui revient souvent au début d’une conversation, est : « Vous avez trouvé facilement l’endroit ? » et souvent je ne réponds que « Oui, merci ». Mais pourquoi ne pas changer un peu cette réponse banale en racontant une petite anecdote sur le trajet que j’ai fait. C’est difficile et souvent rien d’extraordinaire n’est arrivé pendant le trajet, mais il faut tenter quelque chose. Lorsque j’ai essayé le small talk, on m’a demandé si ça faisait longtemps que je connaissais la personne chez qui on était. J’ai répondu en racontant une petite anecdote sur comment nous nous étions connus.

C’est bien d’avoir engagé la conversation, mais maintenant il faut pouvoir la continuer, et donc il faut essayer de trouver un point commun avec son interlocuteur. Ceci va permettre de personnaliser la conversation, et la prochaine fois que je verrai cette personne, le dialogue sera plus simple. Par contre, il faut absolument éviter de parler d’un sujet controversé, qui peut mener à des discordes, comme la politique ou la religion… Le small talk sert à instaurer une relation de confiance et non pas créer un débat.

Les gens aiment bien être le centre d’intérêt, il faut donc les laisser s’exprimer et ne pas les couper, en tout cas, moi je trouve très agaçant les personnes qui coupent les autres lors d’une discussion. Il faut donc s’intéresser aux autres, et ne pas trop parler de soi, surtout si c’est pour se vanter. Bref, ça c’était facile pour moi, comme je vous l’ai dit, normalement je parle peu et écoute plus.

Trouver un sujet de conversation c’est bien, mais je dois aussi avoir une attitude qui donne envie qu’on continue de parler avec moi. Dans quelques-uns de mes cours, j’avais vu qu’il ne fallait pas mettre ses mains derrière son dos et éviter de croiser les bras devant moi. Ces deux signes expriment le refus et donc ne sont donc pas chaleureux. Alors plutôt que de paraître renfermée, je souris et laisse mes mains visibles.

Il y a une chose que je déteste quand je parle avec quelqu’un, c’est quand celui-ci s’approche trop près de moi. Alors, je vous le dis comme quelque chose de très très important, laissez de l’espace entre vous et l’autre personne, c’est primordial. Personnellement je me sens très vite mal à l’aise quand il n’y a pas assez d’espace avec mon interlocuteur et c’est exactement le contraire de l’ambiance que l’on veut créer.

Pour que la conversation soit vivante, poser des questions à mon interlocuteur est indispensable. J’écoute attentivement la personne pour ensuite poser des questions intéressantes et ne pas seulement acquiescer de la tête quand il parle. En plus, pour que la personne avec qui je parle sache que je m’intéresse à ce qu’il dit, je garde le contact visuel et ne regarde pas ma montre ou ce qui m’entoure. C’est un peu plus difficile pour moi, car j’ai la mauvaise habitude de ne pas regarder les personnes dans les yeux. Quand je regarde quelqu’un et que la personne me regarde aussi, je détourne rapidement les yeux, car je ne sais pas quoi faire, sourire ou rester neutre ? Dans les articles que j’ai lus, ils disent de rester neutre, parce que sourire en permanence c’est étrange. Alors j’essaie, mais ça aussi il me faudra du temps pour que je m’y habitue.

Si on arrive à faire rire son interlocuteur, c’est qu’on a vraiment bien réussi notre small talk. Par contre, faire rire les gens ça peut être compliqué. Il ne faut en tout cas pas commencer par faire une blague de Toto ou quelque chose dans le genre. Il faut être subtile et plutôt que faire une blague, faites plutôt une remarque humoristique. Je ne l’ai pas réellement testée, quand la conversation est devenue plus naturelle je n’ai pas pensé à faire une remarque marrante, mais je l’ai peut-être fait sans m’en rendre compte.

Bon après il y a aussi des situations dans lesquelles on n’a qu’une envie, c’est partir. La personne qui nous parle ne nous intéresse pas, elle est ennuyante et on attend qu’une chose, c’est terminer la conversation au plus vite. Si la personne avec qui vous parlez est votre patron, ou quelqu’un d’important, c’est compliqué. Vous ne pouvez pas partir comme ça, ça serait très mal vu. Alors il faut être patient, et écouter la personne sans broncher. Vous pourriez froisser une personne importante et cela peut vous attirer des ennuis, alors même si vous vous ennuyez à mourir, ne le faites pas remarquer à votre interlocuteur. Bon ça ne m’est pas arrivé, mais si un jour ça m’arrive, j’espère ne pas me mettre à bâiller ! En revanche, si la conversation commence à dévier et aller vers un sujet délicat, il faut essayer de remettre la conversation dans le bon chemin. Par exemple, si on parle de politique, il faut détourner le sujet en parlant d’un politicien en particulier, puis vers le sport que celui-ci pratique. Pour réussir à faire ça, il faut être habile, mais aussi avoir une assez grande culture générale. Avant un entretien, un événement ou autre, c’est toujours bien de se renseigner sur les nouvelles du monde. Déjà pour ne pas faire de gaffe, puis pour montrer que vous vous intéressez au monde.

Alors voilà, c’était quelques astuces du small talk. Je trouve ça bien d’avoir une idée de ce qu’il faut faire quand on rencontre de nouvelles personnes. En bref, je pense que lorsque je vais aller à un entretien d’embauche (j’en ai un bientôt) ou à un événement professionnel je vais appliquer les différents conseils du small talk.

Sources

Weka Business (Juillet 2017). Conversation: Les dix commandements du small talk. https://www.weka.ch/themes/competences-personnelles/savoir-etre/regles-de-politesse/article/conversation-les-dix-commandements-du-small-talk/

Dr. Annette Kessler (2011). La réussite par le small talk. http://www.success-and-career.ch/conseils/la-vie-en-entreprise/3886-la-reussite-par-le-small-talk

Claude Volery. Le small talk : une technique pour mieux comprendre son interlocuteur. https://www.plussept.com/blog/small-talk-technique-pour-mieux-comprendre-interlocuteur/#blank

Photo : Jessica Colella